Actus


Daoulas, Dirinon, La Forest-Landerneau, Hanvec, L'Hôpital-Camfrout, Irvillac, Landerneau, Lanneuffret, Logonna-Daoulas, Loperhet, La Martyre, Pencran, Ploudiry, Plouédern, La Roche-Maurice, Saint-Divy, Saint-Eloy, Saint-Thonan, Saint-Urbain, Tréflévénez, Le Tréhou, Trémaouézan.
Version imprimable de cet article  

De la graine à la toile...

⠂Sur les traces du Patrimoine Linier...
⠂Plaquette : kanndis, enclos paroissiaux, maisons de négociants
⠂De la Baltique à Roscoff...
⠂2012 Année du Lin et du Chanvre en Bretagne
⠂Entre Terre et Mer à Morlaix et Roscoff
⠂Espace Lin et Chanvre lors de la fête du port à KAL
⠂Lin & Chanvre en Bretagne-Route des Toiles
⠂2006 Année du Lin en Côtes d’Armor

Les différentes étapes de la graine à la toile Linum usitatissimum
Les graines de lin sont semées à la St Georges (23 avril).
Le proverbe dit aussi qu’il est en bouton le 11 juin.
Le fleurissement intervient 100 jours plus tard.
La récolte se fait par arrachage manuel.
Après avoir séché, le lin est mis en bottes, stocké en meules.
Ensuite intervient l’égrenage, à l’aide d’un peigne (de fer) à égrener (égruger ou dréger) les capsules.
Le rouissage est pratiqué dans des trous d’eau ou poul lin (les plus fréquents sur le Pays, trous d’eau) ou routoirs (bassins entourés de pierre bleue) dans de l’eau stagnante. Les fibres sont immergées dans l’eau pendant environ deux semaines, la fermentation étant surveillée de près afin qu’il ne dégénère pas en pourrissement. Le but est d’éliminer l’écorce ligneuse, de dissoudre la pectine qui relie les fibres.
Cette opération se fait de préférence en été afin que l’eau soit à température plus élevée.
L’étape suivante est le teillage qui comprend le broyage et le pilage : les fibres sont séparées les unes des autres, elles sont broyées à l’aide de brayes, après avoir été séchées puis pilées, on est alors en présence de filasse.
La filasse est alors passée sur le banc à pesseler, ou pesselle, lame sur laquelle la filasse est frottée puis elle est peignée, à l’aide d’un peigne à peigner le lin.
Le résidu obtenu s’appelle l’étoupe, qui est utilisée de différentes manières (pour faire du fil et de la toile de reparon, pour faire des cordages…).
On arrive alors au filage, qui est du rôle des fileuses ou filandières. La filasse au sortir du rouet devient fil et est enroulée sur le dévidoir pour en faire des écheveaux.
Ce sont ces écheveaux de fil qui vont être blanchis, (il n’est pas question ici de travailler du fil « cru ») dans les kanndis.
Le fil est alors prêt à être tissé. Il est placé sur l’ourdissoir pour préparer des longueurs de fil identiques qui vont constituer la chaîne.
Il est ensuite enroulé sur une ensouple, et passé dans les œillets des lames du métier à tisser pour séparer la chaîne en deux nappes.
La navette avec ses bobines (les cannelles que l’on trouve souvent dans des paniers de clisse) de fil de trame est lancée à la main.
retour en haut de la page

Sur les traces du Patrimoine Linier...

Les visites-découvertes des "kanndi" du Pays de Landerneau-Daoulas
- kanndi de Penbran à Saint-Urbain,
- kanndi de Mescoat à Ploudiry,
- kanndi de l’lle Keranfanc à Plouédern
sont animées par les membres de l’Association.
Elles permettent de transmettre l’histoire du lin, de la graine à la toile...
Elles sont reconduites tous les étés et pour les groupes sur demande.

Calendrier des visites 2014 et plaquettes d’explications : cliquez ici
Au kanndi de Rochglaz
retour en haut de la page

juillet 2013
Plaquette : kanndis, enclos paroissiaux, maisons de négociants

En collaboration avec l’APEVE (Association pour la Promotion des Enclos de la Vallée de l’Élorn), l’association Lin & Chanvre en Bretagne et la Maison du Tourisme, l’Association a présenté à la presse la nouvelle plaquette sur le patrimoine linier.

L’avenir de la culture et de la valorisation du lin y a aussi été abordé (utilisation dans l’automobile, l’aéronautique, le nautisme ou l’alimentaire, propriétés « filtrantes » et « dépolluantes ») avec quelques exemples à l’appui :
- Le nouveau trimaran 100 % fibres végétales de Roland Jourdain
- Le kayak « lin-patate » où se mêlent fibres de lin et amidon de pomme de terre.

retour en haut de la page

2012
De la Baltique à Roscoff

ou le long voyage des graines de lin
par Jean-Luc Richard

Nos recherches sur l’arrivée des graines de lin sont effectuées à partir de la liasse de la juridiction des Réguaires, du XVIIIè siècle, relative à Roscoff. Elles mettent en évidence le rôle majeur joué par ce port dans l’importation des graines de lin depuis les pays baltes et leur redistribution dans les évêchés de Léon, de Tréguier, de Saint-Brieuc ainsi que dans quelques paroisses du nord de celui de Cornouaille.
De la Baltique à Roscoff...
Vous pouvez retrouver la totalité du dossier dans "Les cahiers de Dourdon". retour en haut de la page

2012
Année du Lin et du Chanvre en Bretagne

2012 Année du lin et du chanvre en Bretagne

Les membres de l’Association ont pris une part active aux différentes manifestations du pays de Landerneau-Daoulas qui ont ponctué l’année du lin et du chanvre.

Lin & Chanvre en Bretagne
Des membres de l’Association suivent régulièrement les réunions du collectif Finistère qui ont lieu tous les deux mois. Actualité du réseau régional, mise en place des événements pour "2012, année du Lin et du Chanvre en Bretagne", participation aux Tonnerres de Brest, fleurissement... les sujets sont nombreux.
voir le programme sur le site de l’association régionale : www.linchanvrebretagne.fr

Participation aux Tonnerres de Brest
Les Tonnerres de Brest 2012
L’événement le plus important a été sans conteste leur participation aux Tonnerres de Brest : démonstrations de teillage, explications, accueil du public sur le stand institutionnel. Les journées étaient bien remplies et le spectacle dans l’enceinte de la base navale à la hauteur. Six jours de convivialité durant les trajets en TER et les repas sur le port !
Les Tonnerres de Brest 2012
Foire de Daoulas
La foire "bio" de Daoulas se déroule près du moulin et de la rivière : un cadre de verdure idéal pour installer un stand sur le lin. Comme dans les autres manifestations, Michel, Didier et Andrée ont donné des explications sur l’histoire, le travail du lin mais également l’actualité de la plante. L’un a fait du teillage, l’autre du tissage, des activités qu’ils maitrisent bien.
L’association manque encore d’outils (peignes à égrener, à peigner...) mais également de toiles, de pièces confectionnées, chemises, tabliers de berlinge, draps qui dorment encore dans certains greniers et qui aideraient aux démonstrations.

Animations sur les "kanndi"
Comme les années passées, les visites-découvertes des trois "kanndi" communaux qui font l’objet d’un projet de restauration ont été reconduites. Penbran à Saint-Urbain, Mescoat à Ploudiry et l’Ile Keranfanc à Plouédern sont des sites que l’on peut trouver seul grâce au document édité par l’association en 2009. Avec Jean-Luc et Andrée, il s’agit plus de mini-conférences expliquant le lin de la graine à la toile.
La restauration, qui n’a pu être réalisée en cette année 2012, s’inscrit dans le projet porté par l’association régionale par une remise en contexte.
Le public est toujours un mélange de gens du territoire et de touristes.

Intervention au collège St Marc à Brest
Un professeur de Français du collège Saint-Marc de l’Estran a souhaité, pour l’année scolaire 2012-13, faire travailler ses élèves de 5è sur le thème du lin. Elle a même réussi à entrainer plusieurs collègues dans ce projet. Après plusieurs échanges, nous avons accepté de faire une intervention devant deux classes, au total 36 élèves. Chargés de graines, de lin en bois, roui, de filasse, de fil nous avons pris le chemin de l’école en ce début octobre. Enfants et enseignants ont suivi nos explications, suivies de manipulations de fibres, de fil... Ils continueront leurs recherches par la visite de la maison à Pondalez à Morlaix et la découverte des "kanndi".
retour en haut de la page

Juin 2011
Entre Terre et Mer à Morlaix et Roscoff

L’association régionale était invitée à cette nouvelle manifestation associant gens de mer et de terre. Le collectif Finistère a répondu présent et durant les quatre jours ce sont une vingtaine de bénévoles motivés qui ont fait des démonstrations de filage, tissage, teillage, donné des explications sur le lin et le chanvre, le patrimoine et l’actua|ité, l’histoire et l’avenir. Un moment privilégié pour rencontrer un public curieux et intéressé. Au fil du Queffleuth et de la Penzé, Dourdon, Gwiad in Locronan n’ont pas ménagé leurs efforts pour communiquer leur passion pour ces plantes qui ont fait la richesse de la Bretagne.
Dès le jeudi soir Dourdon était de la fête à Roscoff : Jean Luc Richard a exposé devant une salle comble l’histoire de l’arrivée des graines de lin en provenance de la Baltique. Une histoire qui reste à compléter par des recherches que l’Association de Roscoff pourrait bien entreprendre. La richesse générée par le commerce des graines de lin est bien antérieure à celle des oignons ! Les corvettes gravées dans la pierre sur l’église sont là pour en témoigner.
retour en haut de la page

Juillet 2010
Espace Lin et Chanvre lors de la fête du port à KAL

Dourdon a participé avec les membres du Collectif Finistère de "Lin & Chanvre en Bretagne" au "village de la fête du port" de Kan Al Loar : démonstrations de teillage, tissage, fabrication de papier et explications des différentes étapes du travail du lin, de la graine à la toile.
Espace Lin et Chanvre lors de la fête du port à Kann Al Loar
retour en haut de la page

Juin 2007
Lin & Chanvre en Bretagne-Route des Toiles

L’association a participé au collectif, aujourd’hui elle adhère au réseau "Route des Toiles de Bretagne".
L’idée d’une Route des Toiles de Bretagne n’est pas nouvelle ! Pourtant lors de l’opération "L’OR BLEU, 2005, année du lin en Pays de Landerneau-Daoulas, les différents acteurs de la Région, intéressés par le lin et le chanvre se sont réunis à Landerneau, et ont décidé de travailler à la mise en place de ce réseau. Il aura fallu deux années pour aboutir à l’association de préfiguration, dont l’assemblée générale constitutive s’est déroulée le samedi 16 juin 2007 à Noyal-sur-Vilaine.
Le concept « Lin & Chanvre en Bretagne » repose sur un triptyque :
- Culture
- Tourisme
- Économie

Cette approche du territoire alliant patrimoine culturel, touristique et économique, passe par une conjonction, une mise en valeur, une mise en réseau permettant de favoriser le développement d’outils par l’implication, la connaissance, l’appropriation de ses habitants résidant sur les territoires concernés.

Lin & chanvre en Bretagne - Route des toiles
La Route des Toiles de Bretagne.
Les territoires fondateurs sont heureux de vous annoncer la naissance de l’association "Route des Toiles de Bretagne", réseau qui va de Noyal-sur-Vilaine à Landerneau en passant par Quintin, Saint-Thélo, et les autres territoires des Côtes d’Armor, le pays de Morlaix.
Des territoires qui ont une histoire riche liée au lin ou au chanvre, et qui ont envie de partager cette richesse.
Pour en savoir plus : www.linchanvrebretagne.org
retour en haut de la page

2006
L’année du Lin en Côtes d’Armor

Andrée Le Gall-Sanquer et Jean-Luc Richard ont fait une communication sur les maisons buandières du Léon.
Les Côtes d’Armor ont fait de 2006 l’année du Lin en Côtes d’Armor. Différentes manifestations, expositions ont été proposées tout au long de l’année.
Cette opération, coordonnée par Yvon Pellerin, du Conseil Général des Côtes d’Armor, s’est achevée par des colloques, le premier à Langoat, près de Lannion, le second à Saint-Thélo, près de Quintin.
On y a parlé de lin, de chanvre, et autres toiles, du commerce...
Les maisons buandières du Léon y ont trouvé leur place.
retour en haut de la page


||| DOURDON - 7 rue Alain Daniel - 29800 LANDERNEAU ||| contact@dourdon.org ||| espace privé ||| plan du site ||| mentions légales ||| accès membres |||